Plateforme pour une sortie de crise sans exclusion

11.05.2020
Les mesures fédérales de soutien à l'économie laissent de côté des milliers de travailleurs. Syndicats et associations appellent les autorités genevoises à pallier ces lacunes.
La crise sanitaire liée au Covid-19 s’est doublée d’une crise économique sans précédent depuis la deuxième guerre mondiale. Les Genevois ont découvert avec effarement que dans une des villes les plus riches du monde, des milliers de personnes sont réduites à faire la queue durant des heures pour recevoir un panier d’aliments de base car elles n’ont tout simplement plus les moyens de nourrir leur famille. Plus de 8000 personnes ont en outre bénéficié de bons d’achats distribués par les Colis du Coeur.

Malgré les programmes de soutien à l’économie mis en place par les autorités, de nombreux travailleurs et travailleuses se trouvent aujourd’hui dans une grande précarité, parfois sans aucun revenu. Il s’agit pour l’essentiel de catégories de la population déjà fortement précarisées avant la crise, soumises à des conditions de travail qui les privent de mesures de soutien formatées pour des emplois et revenus stables. Les personnes concernées n’ont souvent d’autre choix que de se tourner vers l’aide sociale, quand elles y ont accès. Ça n’est notamment pas le cas des personnes sans statut légal ou de celles qui craignent pour le renouvellement de leur permis.

Depuis de nombreuses années, à coups de plans d’économies, de restructurations et d’externalisations, les contrats précaires se sont multipliés, sapant peu à peu notre système de sécurité sociale. Le caractère massif et subit de la crise révèle aujourd’hui l’ampleur des dégâts: des milliers de travailleurs et travailleuses sont soumises à des conditions de travail qui les maintiennent dans la pauvreté et l’insécurité. Bien que la plupart des personnes vivant dans la précarité ne demandaient aucune aide, les banques alimentaires et les épiceries sociales n’ont pas attendu le Covid-19 pour soutenir des centaines de personnes chaque semaine.

Confrontés depuis de nombreuses années à la précarisation de pans entiers de la population, les syndicats et les associations genevoises signataires se sont réunies au sein de la plateforme pour une sortie de crise sans exclusion. Elles lancent aujourd’hui un appel aux autorités. Les mesures fédérales laissent de côté des milliers de personnes qui ont perdu leurs revenus et n’ont pas les ressources pour subsister pendant la crise. Nous demandons la création d’un fonds cantonal qui pallie les lacunes des programmes déjà en place. Nous demandons également qu’un tel fonds soit mis en place dans le même état d’esprit non procédurier et respectueux qui a prévalu pour d’autres catégories de salarié.es, les indépendant.es et chef.fes d’entreprise.

Organisations signataires

Communauté genevoise d’action syndicale (CGAS)
Centre social protestant Genève (CSP)
Caritas Genève
Oeuvre suisse d’entraide ouvrière Genève (OSEO)
Centre de contact Suisses-Immigrés (CCSI)
Découvrir
Camarada
F-information
Pro Senectute
Appartenances Genève
SOS Femme
Association pour l’appartement de jour (APAJ)
Association de lutte contre les injustices sociales et la précarité (ALCIP)
Association Genevoise pour l'Ethnopsychiatrie
Voie F
Groupe Sida Genève
Boulevards
Fédération genevoise des musiques de création (FGMC)